2020, une année en sourdine

Comme beaucoup de sociétés de musique, l’Espérance de Bantzenheim était en pleine préparation de son Concert de Printemps lorsque le confinement national est arrivé. Fin mars – début avril, les musiciens devaient également se produire aux assemblées générales du Crédit Mutuel et de l’Union Départementale des Sociétés de Musique du Haut-Rhin. Puis tout a été annulé, sans pour autant que la Musique Espérance ne cesse toute activité.

Le journal L’Alsace a d’ailleurs publié, tout au long de l’été, une série d’articles sur la vie des sociétés de musique pendant et après le confinement, dont Bantzenheim faisait partie (à lire dans notre revue de presse).

Retour sur une année sans précédent.

Un confinement en nuances

Et voilà que ce 17 mars, toute activité en présentiel a été suspendue. Mais malgré tout, côté école de musique les professeurs ont proposé des cours en visioconférence ou enregistrement vidéo, malheureusement peu suivis par nos élèves déjà très sollicités devant les écrans par l’école.

Côté harmonie, à l’initiative de quelques musiciens, Marion a proposé à l’ensemble de l’harmonie de rejoindre le mouvement « Musique au balcon », en hommage à toutes les personnes qui se sont mobilisées durant la pandémie.

Lire la vidéo

Chaque soir, quelques musiciens de l’Espérance, mais aussi d’autres artistes bantzenheimois, se sont installés sur leur balcon, trottoir ou terrasse, et ont entamé à 20h précises les notes de l’«Ode à la joie » de Beethoven, dans l’espoir de donner de la joie et du courage dans ces moments de tristesse.

Au premier dimanche déconfiné, tous ces musiciens se sont retrouvés, toujours dans la rue et dans le respect des gestes barrières, pour jouer ensemble quelques morceaux arrangés par Augustin, histoire de perpétuer les hommages initiés pendant ces temps difficiles.
Lire la vidéo

Un déconfinement en point d’orgue

Avec la tournure des événements et la prolongation du confinement jusqu’au 11 mai, les musiciens ont appris sans surprise l’annulation de la Fête des rues et des festivités du jumelage auxquelles ils devaient participer.

C’est donc aussi une année particulière pour le comité directeur, plutôt reposante et sans stress puisque sans manifestation à organiser ni responsabilité à endosser. Une petite accalmie qui a fait du bien finalement, dans les emplois du temps toujours surchargés.

Le comité s’est à nouveau réuni au début de l’été pour envisager une reprise des activités à la rentrée de septembre, avec la reprise des cours et des répétitions. Il a fallu aussi préparer l’organisation du thé dansant prévu début septembre, avec une grosse interrogation sur la tenue de la manifestation. Cette dernière sera finalement annulée au vu de la situation sanitaire encore préoccupante et du protocole trop contraignant.

Après 5 mois de séparation, Sylviane a proposé une journée retrouvailles au grand air. C’est ainsi qu’une vingtaine de musiciens, bénévoles et leurs familles se sont donné rendez-vous par un beau dimanche du mois d’août au Markstein, pour marcher sur les crêtes vosgiennes et se régaler dans la ferme-auberge du Hahnenbrunnen.

Une reprise d’activité crescendo

Avant de reprendre le chemin des pupitres, une séance de grand ménage, de désinfection et de réorganisation de la salle de musique a été organisée à la fin de l’été, afin d’accueillir tous les musiciens dans les meilleures conditions et dans le respect des gestes barrières et distanciations sociales. La salle de musique peut ainsi accueillir 24 musiciens et chacun dispose de sa place nominative. Quant à l’école de musique, les professeurs ont été sollicités pour mettre en application le nouveau protocole.

L’été a passé, l’heure de la rentrée a sonné, et tous sont encore masqués. L’association, comme bien d’autres n’est pas sortie indemne de cette épreuve. Le bilan de la rentrée musicale n’a pas été brillant puisque l’école de musique recense seulement 12 élèves au total (dont 2 nouveaux élèves), et une dizaine de musiciens n’ont pas souhaité ou osé reprendre le chemin de la salle de musique. André a donc dû s’adapter et revoir sa programmation musicale en fonction des effectifs présents, pour un éventuel concert d’ici la fin de l’année ou début d’année prochaine.

Malheureusement l’annonce du reconfinement à partir du 30 octobre a stoppé une nouvelle fois toutes les bonnes volontés. Reste à savoir si l’assemblée générale pourra avoir lieu. Elle permettrait de prendre le pouls de l’association, et de dresser un état des lieux suite à la crise sanitaire.

Cependant, la Musique Espérance est toujours présente et solidaire. Le 3e dimanche de septembre, toutes de rose vêtues et menées par Christine, une poignée de musiciennes ont participé aux Mulhousiennes, au départ de la Maison du Citoyen.

N’oublions pas que l’essentiel est de se retrouver, de jouer de la musique, et d’avoir quelques projets pour 2021… la musique Espérance n’a jamais aussi bien porté son nom. Après tout, le spectacle doit continuer !

Restez informé